Être végane… pendant les élections européennes

Françaises, Français,
Belges, Belges,
Électrices, électeurs,
Démocratie chérie, mon amour,

Entre deux bricks au tofu rosso (j’ai testé cette semaine car je n’avais plus de haché végétal, et c’est encore meilleur ❤ ) (j’avais parlé de recettes de bricks végétales dans ce précédent article, bon appétit), j’ai pris un peu de temps pour lever la tête de mon quotidien, et écrire sur ce qui se trame dans l’actualité politique du pays.

Le dimanche 26 mai se tiendra l’élection pour le renouvellement du Parlement Européen. Je vous propose, à cette occasion, des éléments d’information sur les actions du Parlement Européen concernant les animaux non-humains, ainsi qu’une analyse de quelques partis politiques en lice, et de leur positionnement politique concernant les droits fondamentaux des animaux.

Pourquoi cette élection est lourde en conséquences pour les droits des animaux ?

Le parlement Européen : un vecteur d’avancée pour les animaux…

Le Parlement Européen est le siège du pouvoir législatif dans l’Union Européenne. Chaque pays membre bénéficie d’un quota de député.e.s dans ce parlement, sachant que les quotas sont fixés selon la population de chaque pays (par exemple, la France est représentée par 79 parlementaires). Le Parlement Européen vote donc les lois et règlements dont l’application sera ensuite transposée par chaque pays dans les parlements nationaux, et statue également sur le budget annuel de l’Union ainsi que sur les intégrations de nouveaux pays à l’UE. Il dispose d’un rôle de surveillance des autres institutions de l’UE (Commission Européenne, Conseil Européen, Banque Centrale Européenne…)

Autrement dit, quand les eurosceptiques dénoncent la perte de souveraineté des nations qui doivent simplement transposer des lois votées par Strasbourg, c’est… un peu vrai. Vrai pour la transposition des lois, mais un peu hâtif car iels oublient que chaque nation vote pour ses parlementaires européen.ne.s, et que les nations restent autonomes dans la promulgation de lois tant qu’elles n’entrent pas en contradiction avec le cadre européen.

Je suis fermement convaincue que, si abolition de l’exploitation animale il doit y avoir un jour, elle ne peut être viable que si elle est promulguée à un niveau supranational, par exemple au sein d’institutions comme l’UE ou dans les accords de libre-échange transnationaux (ALENA, APEC, etc). L’intérêt de légiférer au niveau européen concernant les droits des animaux est que l’UE est à la fois légitime pour interdire des pratiques sur le territoire des États qui la composent… et interdire ces mêmes pratiques dans le reste du monde concernant les importations entrant dans les pays de l’Union.

Parmi quelques exemples récents de mesures en faveur des animaux étudiées par le Parlement Européen, on retrouve :

… ou un terrain de jeu pour les lobbys de l’exploitation animale ?

Si vous me connaissez un peu, vous devinerez aisément que les mesurettes que j’ai citées juste avant me paraissent bien insuffisantes. Et ce n’est pas étonnant quand on les compare aux nombreuses mesures adoptées par le Parlement Européen pour organiser l’exploitation animale.

La Politique Agricole Commune (ou PAC) est le dispositif de subvention de l’Union Européenne à destination des exploitations agricoles. Donc l’instrument privilégié de l’UE pour aider les élevages dans leurs activités, et leur permettre de vendre des cadavres d’animaux ou des sécrétions à des prix réduits, facilitant ainsi leur écoulement dans la population. Comme la France est le pays de l’UE qui perçoit le plus de subventions de la PAC (9,1 milliards d’euros par an pour la PAC 2015 – 2020). Et parmi les enjeux de la PAC, le soutien à l’exploitation animale fait explicitement partie des objectifs.

La PAC s’accompagne d’autres subventions européennes plus spécialisées. En plus de la PAC, un.e éleveur.euse peut percevoir :

  • des aides à la surface, d’une valeur de 268€ par hectare détenu
  • une Prime Spéciale aux Bovins Mâles (ou PSBM) : entre 150€ et 210€ par an et par animal (boeuf ou taureau)
  • une Prime A l’Abattage (ou PAB) : 80€ par bovin adulte abattu, 50 € par veau abattu (remarque : qu’on ne vienne PLUS JAMAIS me dire que les éleveurs.euses aiment leurs animaux, quand le fait de les tuer leur apporte des primes avant même la vente de leurs cadavres)
  • une Aide aux Bovins Allaitants : dans les exploitations laitières, cette prime dégressive apporte 187€ par vache allaitante et par an, et descend à 75€ par vache et par an à partir de la 101e vache.
  • des aides à l’installation pour les jeunes agriculteurs.trices : prime d’installation, abattements fiscaux sur le chiffre d’affaires des premières années, etc
  • un remboursement partiel des carburants fossiles
  • des aides en cas de difficultés : subventions exceptionnelles en cas de baisse de chiffre d’affaires, mesures de fixations des prix en cas de chute des cours, etc.

L’ampleur de ces aides à la servitude des animaux me laisse particulièrement perplexe quand je réalise que ce sont nos impôts qui permettent à la France de verser sa contribution au budget de l’UE, et donc indirectement nos impôts qui reviennent dans les poches de l’exploitation animale.

Dans un registre plus récent, le Parlement Européen a également pris des mesures ces dernières années en défaveur des substituts végétaux (en interdisant les appellations lait ou fromage), et a encore des propositions en cours d’étude concernant les simili-carnés. J’en avais parlé dans ce précédent article, où vous retrouverez l’histoire du fameux « disque végétarien ». On peut aisément faire l’hypothèse d’une influence délétère des lobbys de l’exploitation animale (lobbying dont les industries savent aussi faire preuve hors d’Europe)… et d’un attachement démesuré des parlementaires européen.ne.s à la viande ainsi qu’aux perspectives économiques qui l’accompagnent.

Les principales listes électorales en lice en France et l’éthique animale : banc d’essai

La liste Renaissance

Ce que dit leur programme sur la condition animale :

« Orienter les aides agricoles vers les modèles propres et respectueux du bien-être animal partout en Europe. Les objectifs sont clairs : augmentation massive du verdissement, doublement des surfaces en bio, zéro bête nourrie aux OGM, zéro pesticide au-dessus des zones d’eau potable, fin du broyage des poussins. « 

Donc toujours autant d’animaux tués que d’habitude, juste on leur fait manger des matières premières un peu moins controversées et on tue les poussins mâles autrement dans l’industrie des oeufs. En résumé :

La liste du PS : Envie d’Europe

Ce que dit leur programme sur la condition animale :

Nous nous battrons pour une pêche durable et préserverons le bien-être animal.

Donc toujours autant d’animaux tués que d’habitude, juste en y allant mollo sur les poissons pour qu’on puisse en buter d’autres à l’avenir, et zéro info sur ce qu’il y a derrière le « bien-être animal » selon ce programme. En résumé :

La liste de LR

Ce que dit leur programme sur la condition animale :

Assurer la préservation des ressources halieutiques en combattant les pratiques de pêche nuisibles à l’environnement telles que la pêche électrique.

Donc on bute toujours autant d’animaux qu’avant, juste en se débrouillant autrement pour les poissons parce que la pêche électrique, ça cause du tort à l’environnement (et pas aux poissons ?!?). En résumé :

La liste du Rassemblement National

Ce que dit leur programme sur la condition animale :

Si des États le souhaitent, l’Alliance pourra encourager des fonds souverains, fondés sur la propriété collective des caractères génétiques des espèces endémiques, végétales et animales, terrestres et aquatiques, pour réserver les produits de leur exploitation aux générations à venir.

Donc on bute toujours autant d’animaux qu’avant, ET on ira chercher l’argent nécessaire pour que vos descendant.e.s exploitent toujours autant d’animaux sur plusieurs générations (pluriel, hein). Et aussi, comme on est contre la mondialisation, on va encourager à fond les exactions sur les animaux bien de chez nous, du bon vieux terroir français de fRance. En résumé :

La liste de La France Insoumise

Le programme électoral de la France Insoumise présente plusieurs mesures welfaristes comme le soutien à l’élevage paysan et aux petites productions, l’interdiction des transports longue distance des animaux pour leur abattage, le bannissement des élevages en batterie… Et 4 vraies mesures visent à réduire l’ampleur de l’exploitation animale :

  • l’interdiction complète de l’expérimentation sur les animaux
  • l’interdiction de la vente et de la production de fourrure
  • l’augmentation des subventions destinées aux exploitations agricoles produisant des protéines végétales
  • la subvention des reconversions des aquaculteurs vers les cultures d’algues

En résumé :

La liste EELV

Le programme d’EELV intitulé « Projet Bien Vivre » comporte un gros paragraphe sur la condition animale, qui évoque notamment :

  • des mesures de soutien à l’exploitation animale (subventions aux élevages dits « de plein air », créer un étiquetage pour informer les consommateurs.trices sur l’origine de leur alimentation…)
  • des mesures clairement welfaristes (enquêtes sur les conditions d’élevages et d’abattage des animaux exploités…)
  • des mesures de protection animale des animaux sauvages ou de compagnie (aides à la stérilisation des animaux de compagnie, dimanche sans chasse, création d’une brigade de protection animale pour sanctionner les actes de barbarie…)

Cependant, le Traité Environnemental Européen que propose EELV pour cette élection ne parle pratiquement pas d’exploitation animale, et mentionne les animaux uniquement dans le cadre de leur préoccupation pour la biodiversité. Donc de grandes déclarations générales, mais sans mesures liées à l’exploitation animale. En résumé :

Le cas des partis qui mettent en avant la question animale

Le Parti Animaliste (ou PA)

Le Parti Animaliste a été fondé en 2016, et a fait ses débuts lors des élections législatives françaises de 2017. La principale particularité de ce parti est que son programme est dédié à la thématique des animaux non-humains.

Ce qui pourrait sembler prometteur au début s’annonce… un peu tiède quand on consulte le programme de la liste pour les élections européennes. Ce programme couvre de manière extensive et prometteuse les changements institutionnels nécessaires aux droits fondamentaux des animaux, et évoque des subventions massives pour la reconversion des exploiteurs d’animaux vers d’autres professions et la réhabilitation de l’agriculture végétale. Cependant, il n’est nulle part fait mention d’une abolition de l’élevage et de l’exploitation animale, mais principalement de mesures « d’amélioration » concernant les animaux actuellement détenus / tués :

  • Agrandissement de l’espace par animal
  • Assurer des transports de courte durée des animaux vers les abattoirs
  • Interdiction de l’élevage industriel
  • Interdiction de certaines pratiques mutilantes (gavage, castration à vif…)
  • Interdiction de certaines méthodes de mise à mort des animaux (électronarcose, gazage des cochons, ébouillantage vivant des crustacés…)
  • Et la cerise à l’arsenic sur le gâteau au choléra : l’interdiction de l’abattage « sans insensibilisation », que ce soit sur le territoire de l’Union ou pour les viandes d’importation.

Pour un parti politique qui prétend se soucier des animaux non-humains, cette dernière mesure me paraît particulièrement scandaleuse : non seulement elle stigmatise sans le dire clairement les communautés religieuses juives et musulmanes, qui consomment des viandes abattues selon des rituels religieux sans étourdissement (halal ou casher), non seulement elle érige les abattages religieux comme plus inacceptables que les abattages avec étourdissement (spoiler : l’animal meurt quand même, hein)… Mais en plus, ces animaux seront simplement abattus avec des méthodes d’étourdissement ET VENDUS QUAND MÊME AUX CONSOMMATEURS.TRICES !!!!!!! Du point de vue d’une vache, ça ne fait qu’ajouter ou retirer 5 minutes à son supplice, mais le supplice est toujours là. Une mesure digne du Rassemblement National (dont je m’étonne qu’il n’ait pas mis cette mesure dans son programme, tiens).

En plus de ce sous-texte stigmatisant dans son programme, le Parti Animaliste a également revendiqué le soutien de Brigitte Bardot… dont j’ai déjà détaillé les propos racistes dans un article précédent. Si la décision de Bardot de soutenir tel ou tel parti n’est pas de leur responsabilité, le PA a clairement accepté ce soutien et l’a mis en avant dans sa communication politique au lieu de s’en distancier.

En résumé :

Le Rassemblement pour l’Ecologie et le Vivant (ou REV)

Le REV a été fondé par Aymeric Caron, journaliste connu de la communauté végane car lui-même végétarien depuis plusieurs dizaines d’années. Il prend désormais régulièrement la parole dans les médias pour dénoncer les méthodes de l’exploitation animale, et prôner l’arrêt de la consommation de viande au sein de la population générale.

J’ai une opinion très mitigée d’Aymeric Caron. Si sa notoriété a permis de sensibiliser de nombreuses personnes à l’éthique animale, ses prises de positions n’ont pas toujours été pro-véganes. Je me remémore la lecture de son ancien ouvrage « No Steak », paru en 2013, dans lequel il parle des véganes très rarement, et pour les présenter comme dangereux.ses et extrémistes la moitié du temps. Il semblait beaucoup en vouloir aux véganes qui exigeaient de lui un engagement strict, alors qu’il lui arrivait encore, jusque récemment, de porter des chaussures en cuir, par exemple.

Mais force est de constater que son parti politique est le premier, parmi la liste de cet article, à axer son programme sur les droits fondamentaux des animaux. La base programmatique de REV prévoit d’inscrire dans la loi « quatre droits essentiels pour tous les animaux non-humains sensibles : le droit de ne pas être tué, de ne pas être torturé, de ne pas être enfermé, et de ne pas être vendu ». De ces quatre droits fondamentaux découlent l’interdiction de nombreuses activités et industries exploitant des animaux non-humains.

A ce programme sur l’éthique animale s’ajoutent des mesures liées à d’autres domaines politiques (éducation, politique internationale, santé, etc) qui montre une forte sensibilité décroissante et de gauche, avec notamment l’inclusion du revenu universel d’existence, la revalorisation du salaire des enseignant.e.s, la dénucléarisation de la France, des mesures en faveur de l’environnement sur les transports en commun ou le logement, etc. J’ai cependant relevé sur les réseaux sociaux des aspects plus douteux concernant les idées du REV : certain.e.s membres du parti ont pu communiquer en faveurs de médecines pseudo-scientifiques ou en faveur du boycott des vaccins. De plus, certaines des communications du REV ou de ses membres laissent entendre une reconnaissance de la sensibilité des végétaux, avec un discours un peu ésotérique… Donc restons sur nos gardes.

Malgré la présence d’un programme prometteur, le REV n’a pas réussi à constituer une liste pour les élections européennes, faute de trésorerie et d’alliance avec le Parti Animaliste. Donc pas de représentation d’un des seuls partis antispécistes dans cette élection. En résumé :

Le Parti Antispéciste Citoyen pour la Transparence et l’Éthique (ou PACTE)

Ce parti politique a été fondé en 2017, à l’occasion des dernières élections législatives françaises. Il a pour ambition de proposer un programme politique résolument antispéciste, et qui comporte également un ensemble de mesures économiques, sanitaires, sociales, institutionnelles, éducatives et écologistes, dans une logique assez proche de celle du REV.

Appétissant, n’est-ce pas ? Cependant, comme ce parti n’a pas eu les moyens de lancer une liste autonome pour les élections européennes, il a décidé… d’émettre une consigne de vote en faveur de la liste « Alliances Jaunes », constituée par le mouvement des Gilets Jaunes, sachant que 4 membres du PACTE sont inscrit.e.s sur cette liste. Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais vu l’ombre d’une esquisse de commencement de mesure en faveur de l’éthique animale chez les Gilets Jaunes (et don’t get me started sur les nombreuses agressions sexistes, racistes ou LGBTphobes commises par certains groupes de Gilets Jaunes lors des blocages de ronds-points…). En résumé :

Pour aller plus loin

Je ne pense pas me prononcer dans cet article en termes de conseils ou consignes de votes. D’abord parce que vous êtes des grandes personnes (sinon, si vous me lisez avant votre 18e anniversaire, vous n’avez pas le droit de vote, et je vous plains). Ensuite, parce qu’à part la certitude de ne pas voter pour la liste du Rassemblement National, je ne sais toujours pas vers qui orienter mon vote.

En attendant, si vous cherchez des ressources à consulter sur l’éthique animale en politique et la convergence des luttes, voici quelques sites et publications que je suis régulièrement et que je vous recommande :

  • Le site comparatif Politique et Animaux, tenu par l’association L214, effectue un travail minutieux de recensement des déclarations, programmes électoraux, décisions et votes parlementaires de chaque personnalité politique en France quand les animaux sont impactés, et assortit ce recensement d’une note sur 20 selon que la personnalité politique se prononce en faveur des droits des animaux ou en faveur de leur exploitation.
  • La revue Ballast publie de nombreux articles sur les combats de justice sociale (féminisme, antiracisme, anticapitalisme, écologie, condition animale, etc…) en interviewant régulièrement des personnalités militantes, des universitaires, des écrivain.e.s, et en intégrant la nécessité de convergence des luttes.
  • La revue en ligne L’amorce publie des textes d’intellectuel.le.s et des tribunes sur l’éthique animale

Sur ce, je vous laisse, j’ai une casserole sur le feu qui sonne à la porte. A bientôt les gens 🙂

Publicités

2 commentaires sur “Être végane… pendant les élections européennes

Ajouter un commentaire

  1. Génial cet article, il est très éclairant et comme d’habitude c’est très agréable à lire 🙂 à conseiller à quiconque d’intéressé.e par le sort des animaux et les élections européennes !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :